Une unité Alzheimer à la maison de retraite « Le Pré Fleuri »

Le Pré Fleuri EHPAD Serviès 81 Tarn

Même si elle n’a pas encore été inaugurée, l’unité des Ecureuils de la maison de la retraite du Pré fleuri accueille depuis plusieurs mois des personnes ayant des troubles de la cohérence et de l’orientation pouvant induire des comportements d’errance ou de fugue. « Une prise en charge spécifique avec du personnel formé est pratiquée dans l’unité et permet aux résidents atteints de la maladie d’Alzheimer de réaliser les gestes et actes de la vie quotidienne » explique Brigitte Martinez, directrice de l’établissement. De l’autre côté du bâtiment, une extension de la salle de séjour et une réhabilitation de la lingerie sont actuellement en cours de travaux. « Une inauguration avec journée portes ouvertes aura lieu dès l’achèvement » précise la directrice.

L’unité disposera de douze chambres – dont huit existantes – et de deux lits d’accueil de jour et de deux lits pour l’accueil temporaire. La construction en « demi-lune » est non seulement esthétique et conviviale, mais permet d’avoir l’ensemble de l’espace en vue. Elle communique avec la résidence par un couloir. Dans l’unité toutes les chambres, peintes de couleur différentes et sur lesquelles ont trouve une photo de son résident, donnent sur un lieu de vie principal avec un bureau central vitré permettant au personnel soignant une surveillance constante. Bien entendu les chambres individuelles sont équipées d’une salle de bain adaptée pour une superficie globale de 22m2 avec fenêtre donnant sur la campagne. « Il est important que les personnes ait des repère, notamment dans le temps.

« L’aménagement permet de savoir s’il fait jour ou nuit et de voir le paysage changer au fil des saisons » explique Sandrine Gangloff, référante de l’unité qui précise « Ici, nous devons respecter le rythme des résidents. Il n’y a pas de repas pris en commun en même temps. Les levés s’échelonnent de 6 à 9h30 ». S’il n’y a pas ici de soins, l’unité est un lieu ou l’on prend soin de l’autre. Tout simplement.

PUBLIÉ LE 03/12/2010 11:21 | LADEPECHE.FR